La revanche sociale

La revanche sociale est un moteur de réussite mais part souvent d’un constat de rejet, de violence, d’abandon.

D’ou vient cette envie de revanche ?

Imaginez un gamin qui serait le projectile d’une fronde. L’élastique se tend dans le sens inverse de la marche. Plus l’élastique se tend, plus l’enfant s’éloigne des autres, s’enfonce. Une fois que l’emprise qui tend la fronde disparait… l’enfant est projeté vers l’avant… Cette énergie énorme enfin libérée pourrait alimenter sa “revanche sociale”.

La revanche sociale
La guerre des boutons

“Vous m’avez oublié ou dénigré. J’étais invisible et bien voilà où j’en suis désormais.”

Ce qui est terrible, c’est qu’il faille passer par cette phase d’oubli pour apparaitre enfin. Cela ne fonctionna pas à tous les coups d’ailleurs. Parfois, la pierre d’une fronde ne prend pas la bonne trajectoire et la rancune est telle que la revanche est agressive… Il faut savoir aussi regarder son passé pour valider son besoin de revanche.

D’ailleurs, dans le mot revanche, il y a une sorte de violence. Le mal par le mal, prendre le coup et le redonner au centuple. La revanche est un venin en sommeil entourée d’une énergie en réserve.

Il existe forcément différents degrés de revanche sociale.

  • Simple motivation : croiser un ami qui vous raconte ses vacances aux sports d’hiver peut provoquer chez vous une envie, non pas de ski mais de pouvoir raconter que vous êtes allé au ski car tout le monde sait que “l’image” d’aller au ski est amplement plus importante que le sport lui-même. Cette “petite” revanche peut vous donner de l’énergie pour progresser sur l’échelle sociale par exemple (en ayant conscience que “d’aller au ski ” n’est peut être pas la meilleure des progressions sociales).
  • Volonté de réussir : c’est une motivation continue. Chaque jour, vous cherchez à progresser par le travail et l’apprentissage. Généralement, vous avez un objectif à atteindre et tant que celui-ci ne sera pas acquis, rien ni personne ne vous fera changer de chemin.
  • Exister aux yeux des autres : vous avez tellement été invisible que vous tombez dans l’excès le plus total. À grand coup de Carpe Diem, vous alimentez votre vie “retrouvée” comme un feu de joie au risque de vous brûler les ailes.

L’héritage émotionnel comme terreau de la revanche sociale

La peur, la colère, les blessures de notre enfance créent notre héritage émotionnel qui se transmet malheureusement d’une génération à une autre. Il faut les identifier et pourquoi pas s’en délester. Il existe des méthodes pour cela. Le paradoxe, c’est que cet héritage peut aussi donner une énergie spectaculaire à sortir d’un milieu social destructeur. C’est dans le passé qu’il faut aller chercher. En réalisant un arbre généalogique, vous verrez apparaitre les choses.

Cet héritage émotionnel existe dans tous les cas. Pour celles et ceux qui ont un héritage lourd, la revanche sociale peut être un moyen de corriger une trajectoire et surtout de ne pas recopier les blessures du passé à leurs propres enfants.

L’origine de la revanche sociale ?

Remontons encore plus loin, est-ce que cette revanche sociale n’est pas tout simplement motivée par le besoin de reconnaissance ? La “reconnaissance” est alors l’objectif, la revanche, l’énergie pour y arriver.

Axel Honneth est un philosophe qui a joué un rôle central dans le concept de reconnaissance. Pour lui, cette quête de la reconnaissance est avant tout motivée par le besoin d’amour de l’autre. On voit aussi que cette reconnaissance sociale s’affiche de manière différente suivant les cultures. Les Anglo Saxons “reconnus” sont amenés à être plus moraux, les Allemands à être plus spirituels, les Indiens à être plus… gros, les Américains à être plus forts…

Ce qui est certain, c’est que la revanche sociale est le bras armé de la reconnaissance. Sa puissance de feu que l’on pourrait traduire par “motivation” dépend de l’héritage émotionnel. Le tout va créer votre patrimoine émotionnel, à savoir vos souvenirs. Dans ce cas, ces souvenirs sont les preuves de vos actions ou des directions que vous avez prises pour atteindre la reconnaissance recherchée.

La revanche sociale
L’histoire vraie !

On résume :

La reconnaissance sociale est un but qui a pour origine une héritage émotionnel difficile ou une enfance dans l’ombre.

La revanche sociale, c’est le bras armé pour atteindre cette reconnaissance sociale. C’est une sorte de venin à forte énergie.

Tout ceci constitue votre patrimoine émotionnel (souvenirs) qui est clairement moins fun qu’un barbecue entre copains mais qui apporte la preuve de votre parcours ou de votre combat pour être reconnu à votre juste valeur.

Les derniers articles par Victor et Romy (tout voir)