La transmission du patrimoine

La transmission du patrimoine, vaste sujet ! C’est un peu le marronnier des revues ou blog sur le capital puisque cette expression revient régulièrement sous nos yeux, surtout lorsqu’est mis à jour, tous les ans, la nouvelle loi de finances.

C'est ici qu'on parle de la transmission du patrimoine
La photo la plus artistique du blog ! 😂

patrimoine VS patrimoine !

L’État voit dans le patrimoine “matériel” un trésor. Au moment d’une succession, il faut en faire l’inventaire pour taxer au mieux le relais. Comprendre les tenants et aboutissants est extrêmement complexe. D’où le fait qu’il y ait des gestionnaires de patrimoine. La transmission du patrimoine est une affaire de pro. Nous en avions parlé dans un article : la gestion de patrimoine

Vous avez aussi ce site qui est intéressant sur le sujet : Transmettre son patrimoine.

Ces personnes ont une lecture juridique et fiscale de ce patrimoine matériel. Ils vous conseillent afin de trouver la solution la moins coûteuse. Gardez en tête que tout ceci s’anticipe. Mieux vaut gérer votre patrimoine en amont d’une succession.

Finalement la gestion de patrimoine, ce sont des maths face aux lois en vigueur. Tout ceci est dénué de sentiments. Seule l’amertume enveloppe ces moments de calculs car quoiqu’il se passe, l’Administration française prendra une part du gâteau et tout ceci vous oblige parfois, à vous séparer d’un bien. Il n’est pas rare de voir des gens obligés de vendre un bien hérité pour payer l’impôt de succession… Et le percepteur se moque bien si cette maison était celle de votre enfance.

Vous vous en doutez, nous n’allons pas débattre sur le sujet aujourd’hui mais sur un autre patrimoine tout aussi important et non taxé par l’État : le patrimoine émotionnel.
Mais commençons par le début…

La transmission du patrimoine va au delà des biens matériels
C’est toujours l’histoire qui compte

L’émotion patrimoniale

Que vient faire l’émotion dans cette histoire ? Le terme “émotion patrimoniale” est récent. Il est apparu en 1990 ! Disons qu’il a été défini à cette époque car ce sentiment est présent en nous depuis toujours. On découvre tous les travaux sur le sujet dans cet ouvrage : “émotions patrimoniales” par Daniel Fabre.

Dans cet ouvrage, il pose une question simple : pourquoi définissons-nous un lieu comme appartenant au Patrimoine ? Qu’est-ce qui nous permet de valider qu’un bien fait partie d’un patrimoine commun ? Eh bien, c’est peut-être parce que les gens ont des émotions face à lui. Prenez le château de Chambord. Lorsque vous arrivez au bout du parc et qu’au détour du dernier arbre vous découvrez la bâtisse, c’est l’effet “wahou !” garanti…

Filmez les touristes qui découvrent le Mont St Michel au coucher de soleil, les gens sont stupéfaits, irradiés par la beauté du paysage. Ce sont bien les émotions premières qui créent certainement le patrimoine qui lui s’alimente de cela et ainsi de suite. Certes, au départ, il y a une oeuvre architecturale ou un évènement qui laisse une marque.
C’est beau, monumental ou historique, cela suscite des émotions et alimente le mythe. C’est une dynamique qui s’enclenche. L’émotion valide le patrimoine et le patrimoine crée des émotions.

Je parlais d’amertume tout à l’heure lorsqu’on ne voit le patrimoine que sous l’angle des finances. Forcément… À chaque fois que l’on rabaisse les choses à l’argent, elles perdent de leurs substances. Tout le monde n’habite pas à Chambord mais pourtant une simple bicoque dans un quartier n’a pas forcément une valeur financière importante. Par contre, elle représente pour vous une valeur émotionnelle énorme. On parle alors de patrimoine émotionnel.

 La transmission du patrimoine passe par la conservation pour entretenir l'émotion
Coucher de soleil sur le Mont St Michel

Le patrimoine émotionnel, l’autre transmission du patrimoine

Inversons les mots et nous arrivons au patrimoine émotionnel qui, je le rappelle, est tout ce qui concerne nos souvenirs. Il faut s’écarter du bâti pour définir les souvenirs car tous nos souvenirs ne sont pas liés qu’aux lieux. Les 5 sens sont une source de souvenirs indélébiles.

Alors les linguistes ont trouvé la bonne solution. On retrouve la puissance du terme “patrimoine” qui traverse le temps solide comme la muraille de la cité de Carcassonne. Il résonne également dans ce mot, la notion de transmission, le côté patriarcal puis on y ajoute toute la douceur de l’émotion. On frôle l’ambivalence avec cette formule ! la transmission du patrimoine

Bravo !
Car nous avons finalement le terme parfait dans notre langage pour définir les souvenirs.
Ils proviennent d’expériences qui, par le filtres des émotions, marquent notre mémoire. Avec la force de l’instant, l’énergie d’un éclair, dans cette zone inconnue entre deux secondes, ils s’inscrivent dans notre patrimoine personnel, immatériel. Un souvenir est né.

il existe aussi la transmission du patrimoine émotionnel
Le plus important, c’est de créer vos souvenirs…

Le patrimoine émotionnel est la preuve de notre existence. Nous existons puisque nous avons des souvenirs. Et tant que le sang coulera dans nos veines, nous resterons nos propres gestionnaires de ce patrimoine. C’est aussi pour cela qu’on vous invite à vivre. Vivre à la recherche de ces moments inoubliables.

P&P

Les derniers articles par Victor et Romy (tout voir)