L’ascenseur à lave-vaiselle

L'ascenseur à lave-vaiselle

Je dirige actuellement une entreprise d’automatisme industriel. Je fabrique des lignes d’assemblages automatisés. Je sortais tout juste de l’école avec un BTS en poche et je décroche mon premier vrai stage. J’avais pour mission de fabriquer pour une usine d’électroménager qui est dans le 85 (#LaRoche/Yon), une machine qui allait lever des lave-vaisselles en cours de fabrication à l’étage supérieur de la chaine, une sorte d’ascenseur. L’ascenseur à lave-vaiselle

Une fois mes plans terminé, je demande la validation de mon projet auprès de l’ingénieur en chef. Ce pauvre homme débordé par une surcharge de travail, ne fait pas attention à mon projet. Je le sens, je le vois qu’il s’en fou complètement. J’insiste pour lui demander des validations précises… La seule réponse que j’obtiens, c’est que mon moteur est trop gros et que cela va coûter trop cher. Il faut que j’installe un moteur plus petit.

Je ne suis pas d’accord mais rien n’y fait, je dois changer le moteur. point barre. On lance donc la fabrication. La partie mécanique est assemblée, le câblage est installé, les moteurs pour lever la charge est posé et là encore, je lui demande de contrôler ce moteur. Son agacement est tel que je laisse passer la crise.

L’ascenseur est livré sur cette nouvelle chaîne ultra moderne ( à l’époque !). Comme tout le monde était en retard, aucun test complet n’est réalisé avant l’inauguration. Mon ascenseur fonctionne bien mais sans charge, juste pour tester les capteurs.

C’était un jeudi, tout le gratin du coin est là pour inaugurer ce fleuron de la ligne d’assemblage automatisée. Un lave-vaisselle s’aligne face à mon ascenseur en bout de chaine. Ma machine prend bien en charge l’appareil et l’ascension lente et précise commence. Je suis dans un état de stress total. A mis parcours, je ressens l’accident… la levée ralentie, puis s’arrête, le moteur surchauffe et commence à fumer. Des vérins bloquent le plateau et devant les journalistes et le sous-préfet, devant les directeurs d’usines, les clients, les fournisseurs, se lave-vaisselle trône fièrement à 5 m de hauteur, complètement bloqué, sous les rires amusés.

Aujourd’hui ma société fonctionne très bien, nous avons pleins de contrats et je me dis que lorsqu’on commence sa carrière professionnelle par un tel évènement, plus rien de pire peux vous arriver 😁


Patrice, 52 ans L’ascenseur à lave-vaiselle

Les derniers articles par adminsite@morganview.fr (tout voir)